Le vélo sans petite culotte

lundi, octobre 03, 2005

aigre doux; doux

Ça y est, le 30 septembre est passé et me voici nouveau chômeur sur le marché. Je vous faisais part la semaine dernière que ma journée de vendredi serait spécial pour cause de mise à pied, conséquence de la consolidation du marché du téléphone cellulaire canadien et non de mon rendement au travail! Bon. Mais tout ça sera le sujet d'un autre billet. En bête positive que je suis (malgré tout), j'aime mieux vous parler de ma soirée musicale.

Yann Perreau est passé en ville. Ma douce et moi n'allions pas manquer l'occasion d'aller le revoir. Même si notre patelin n'a pas de salle de spectacle digne de ce nom pour un show comme celui-ci, nous pouvons faire confiance à l'ami Yann pour faire lever un parterre de salle paroissiale. Alors, en début de semaine on appelle nos amis pour organiser un souper pasta vino suivi de rock'n roll. Plusieurs répondent oui à l'invitation et nous avons une belle gang à la maison quand la gardienne arrive. Tous ne viendront pas au show, mais nous avons le plaisir d'initier 2 grandes chums qui ne connaissaient pas notre bête nucléaire. Verdict des 2 dames Yes sir! Groove A1, avec mention honorable pour la façon de porter le jeans.

J'ai adoré le show même s'il m'a parfois semblé, surtout en levée de rideau, que le groupe tâtonnait un peu pour trouver ses repères. Pas du point de vue musical car ce puissant groupe est top niveau et bien tight. Mais, à un niveau plus subtil, peut-être au niveau des émotions ou des transitions, ou de l'ordre des tounes, ou je ne sais quelle composante ésotérique qui entre en ligne lors d'un show, bref, sans pouvoir désigner la faille j'ai senti que le moteur ne tournait pas à plein régime au début du spectacle.

Ça ne veut pas dire qu'on s'ennuyait! Comme il fallait s'y attendre, la soirée commence avec le premier titre de Nucléaire, Léger... mais bon.... Cette toune qui commence en douceur pour éclater en passes de drums rushesques peut être vu comme un avertissement: Perreau est un poète chansonnier, mais c'est tout autant un rocker. Et il s'est entouré d'un groupe capable de casser la baraque. Nous avions vu son drummer François Chauvette se greffer à son show à la fin du cycle Western Romance. Monsieur Chauvette est un fils du terroir Sorelois. J'ouvre d'ailleurs une parenthèse pour vous avertir que j'ai sans aucun doute un préjugé favorable quand j'aborde l'univers de Perreau. Le drummer et le bassiste de Yann sont de Sorel comme moi. Un de mes frères et mon beau-frère sont musiciens et tout ce beau monde se connait depuis l'adolescence. J'ai vu François Chauvette l'ado rocker à la chevelure heavy metal. Son nouveau bassiste se nomme Martin Pelland aussi de Sorel. Lui je ne le connais pas, mais ma soeur et mon amie GG sont allé lui parler après le show comme s'ils avaient garder les cochons ensembles. Oh, en passant, Pelland joue aussi avec un band nommé The Dears. J'ajouterai également que notre Yann Perreau national a grandi tout près, de l'autre bord du fleuve, qu'il est aussi le parrain d'une charmante jeune fille de 6 ans dont la marraine est ma tendre épouse. Bref, fin de la parenthèse, quand je vais voir un show de Perreau je ne suis pas le critique le plus objectif. Mais comme disait mon frangin, tous ces facteurs expliqueraient bien que je sois amené à l'écouter attentivement, mais je ne retournerais pas le voir en show à répétition si je ne prenais pas mon pied. Bref, je ne suis pas objectfif, va, mais j'adore ça.

La petitesse de la salle empêchait toute extravagance scénique. Tant pis, mais aux yeux de ma douce moitiée tant mieux. Les chansons de Perreau se retrouvaient ainsi à l'avant de la scène. Quant à moi, j'ai partagé ce sentiment que les chansons étaient en vedette, mais je crois que le fait que le répertoire de Yann ait doublé depuis la dernière fois qu'on l'a vu est tout aussi crucial. L'univers de Nucléaire diffère légèrement du monde de Western Romance et se rapproche de mes cordes sensibles. Ce plus grand choix permet une plus grande diversité dans les choix musicaux. Ceci étant dit mes préférées de WR ont gardé leur punch. N'empêche, j'ai hâte de revoir le show dans une salle plus appropriée avec plus de bidules de mise en scène.

Bref, j'en aurais plus long à dire mais le temps me manque. J'ai adoré ma soirée, Yann Perreau est en pleine forme et je conseille fortement aux lecteurs de LVSPC d'aller faire un tour au Club Soda pour voir le show. On aura l'occasion de s'en reparler.

3 Comments:

  • J'ai vu Yann Perreau dans une petite salle (Le Petit Champlain) à Québec l'an passé et j'ai adoré. Je préfère de plus en plus l'intimité que procure une telle promiscuité, plutôt qu'un spectacle dans une plus grande salle. Quel showman! Lire cette critique me donne hâte de voir (entendre!) Nucléaire "live"!

    By Anonymous Epicure, at 9:35 a.m.  

  • Tant mieux si je vous mets l'eau à la bouche! Je vois sur le site de Yann que le prochain spectacle prévu à Québev est en fécvrier! Aille, c'est loin en ta!... Mais si vous attendez tout ce temps, vous pourrez compter sur un show très bien rodé.

    Je relis mon billet fleuve et je me rend compte que j'ai quand même réussi à escamoter plein de trucs que je voulais dire! Je me rattrape ici un peu: Dan Thouin, il maestro! C'est un magicien des claviers et autres bidules électroniques.

    Bon, ça se peut que je retourne au Club Soda cette semaine, on s'en reparle. ;-)

    By Blogger Hugo, at 3:41 p.m.  

  • Si tu vas au Club Soda, fais-moi-le savoir. Ça se peut que j'y sois.

    MS

    By Blogger Marc Snyder, at 5:39 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home